Sous l'effet du livre de Béa Johnson (précédemment cité), je me suis interrogée notamment sur tout le plastique qui m'entourait. Cette réflexion s'est en premier posée sur les boîtes à déjeuner que j'utilise pour mon repas du midi.

2014-02-22 11

Je vous mets ici l'extrait d'un article, trouvé sur le net, qui résume le problème : 

"Les plastiques alimentaires posent question. Les phtalates et le bisphénol A, deux familles d’agents chimiques utilisés dans la fabrication de plusieurs plastiques, ont une configuration voisine de celle des hormones. Ils peuvent interagir avec le récepteur de certaines d’entre elles, modifiant ainsi notre équilibre hormonal – on parle d’activité hormonomimétique et de perturbateurs endocriniens. Normalement, une fois polymérisées, ces molécules sont censées rester à l’intérieur du matériau. Sauf que, sous l’action de la chaleur par exemple, elles migrent dans les aliments. Même si des seuils de migration sont fixés par la réglementation européenne et respectés par les industriels, on peut se demander si la multi-exposition à ces perturbateurs endocriniens ne nous met pas en danger. "

Donc, exit les boites au plastique "douteux", je n'ai conservé que mon bento et j'ai fait l'acquisition d'un petit plat en verre. Bon ce n'est pas encore parfait car le couvercle est en plastique mais c'est un début ...

En plus, cela me fait de la place et rentre dans ma vie désormais plus simple. Je suis passée de 6 boites et un thermos à deux boites. Pour l'instant, je n'ai pas racheté de Thermos car celui que j'avais dormait au fond d'un placard. Je crois, ne jamais l'avoir utilisé.

2013-08-07 08

2014-02-22 11