Résumé

Imaginez... Un homme vous sauve la vie, en échange de votre engagement de faire tout ce qu’il vous demande… pour votre bien. Le dos au mur, vous acceptez et vous vous retrouvez embarqué dans une incroyable situation où tout semble vous échapper. Vous n’êtes plus le maître de votre vie et pourtant… à bien des égards, elle est plus excitante qu’ auparavant ! Mais peu à peu, le doute s’installe en vous : quelles sont les intentions réelles de cet homme qui s’est immiscé dans votre existence ? Qui est-il vraiment ? Et qui sont ces personnages énigmatiques dans son entourage ? Les découvertes que vous faites n’ont rien pour vous rassurer.
Cette histoire, qui nous plonge dans l’atmosphère envoûtante d’un été parisien, ouvre la voie de la plus belle des réflexions sur nous-mêmes : qu’est-ce qui peut nous permettre de dépasser nos inhibitions, nos peurs et nos conditionnements, pour sortir du chemin tout tracé de notre vie lorsque celle-ci ne nous apporte pas pleinement satisfaction ?

Mon avis

Un livre intéressant mais qui m'a un peu déçu après "L'homme qui voulait être heureux" précédemment lu.

L'intrigue nous tient en haleine jusqu'à la fin (mais qui est Yves Dubreuil ?) mais pour ma part, j'y ai trouvé quelques longueurs.

Passionnée de développement personnel, il est pour ma part à la portée de tous et c'est ce qui le rend intéressant.

Quelques citations intéressantes 

Il n'y a pas de gros problèmes. Il n'y a que des petites personnes.

Sur ton lit de mort, tu pourras dire  : "Je n'ai rien fait de ma vie, je n'ai rien eu de ce que je voulais, mais tout le monde m'a trouvé gentil." Génial.

C'est la principale différence entre l'enfant et l'adulte : l'enfant a envie d'évoluer. L'adulte fait tout pour ne pas changer.

Si tu veux rester jeune toute ta vie, continue d'évoluer, d'apprendre, de découvrir, et ne t'enferme pas dans des habitudes qui sclérosent l'esprit, ni dans le confort engourdissant de ce que tu sais déjà faire.

Non, je pense que la grande rareté des femmes aux postes de direction a une toute autre explication.
Catherine leva les yeux de son carnet de notes et les posa sur Dubreuil.
Laquelle? demandai-je.
- Les femmes possèdent un don du ciel, une faveur accordée par les dieux, qui fait d'elles des êtres tellement privilégiés qu'elles n'éprouvent pas le besoin de se battre pour ce genre de futulités...
- Vous voulez dire...
- Quand on est capable de créer une âme, une vie, de la porter en soi, puis de l'offrir à l'univers tout entier, tu crois vraiment qu'on peut soudain se passionner pour la cotation en Bourse d'une action? 

 

2014-08-04 08