Troisième livre de Marc Levy que je lis. 

Résumé : Parti à la recherche d’un tableau mystérieux, Jonathan Gardner, expert en peinture à Boston et spécialiste incontesté de Vladimir Radskin, peintre russe du XIXe siècle, croise la route de Clara, jolie galeriste londonienne. Ce qui les réunit ? Une vente exceptionnelle de tableaux de Radskin incluant sa dernière œuvre, tableau mythique que personne n'a jamais vu. Johnathan est sur le point de se marier avec une ravissante artiste peintre, Anna. Il doit faire vite pour pouvoir s'occuper avec elle des préparatifs de mariage. Et puis il accepte d'expertiser les tableaux si loin de chez lui non seulement pour assouvir sa passion et sa curiosité, mais aussi pour rendre service à son meilleur ami, Peter Gwel, commissaire-priseur qui entend bien revenir sur le devant de la scène chez Christie's en organisant la vente du siècle. Paradoxalement, dès le premier regard échangé entre Jonathan et Clara, tous deux sont convaincus de s’être déjà rencontrés... Mais où et quand ?

Mon avis : N'en déplaise à tous les détracteurs de M. LEVY, personnellement, j'ai aimé la trame de l'histoire. Le thème de la réincarnation est un thème que j'apprécie. J'avoue avoir eu un peu de mal avec la première partie. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire mais dès que Clara apparaît, j'ai vraiment eu envie de savoir quel était le lien qui reliait Clara et Jonathan...

J'ai beaucoup apprécié le personnage de Peter et surtout son humour... Qui donne une touche de fraicheur à ce roman.

J'ai égalemen apprécié le clin d'oeil de l'auteur à l'un de ses personnages précédents : le policier Georges Pilguez, le policier chargé de retrouver le corps de Lauren dans "Et si c'était vrai.."

C'est une belle histoire qui traverse le siècle et cela la rend encore plus belle.

images-1

Quelques jolis passages :

" Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n'en former plus qu'une. Elles dépendent alors à jamais l'une de l'autre. Elles sont indissociables et n'auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d'une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l'autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s'éteindraient aussitôt. L'une ne peut continuer son voyage sans l'autre."

"N'abandonnez pas ! Elle est revenue, elle est là. Quelque part sur cette terre, elle vous attend et vous cherche. Désormais le temps vous est compté à tout les deux. Si vous renonciez l'un à l'autre, ce serait perdre vos âmes. La fin de vos deux voyages serait un incroyable gâchis pour vous qui êtes si près du but. Quand vous vous reconnaîtrez, ne passez pas à côté l'un de l'autre."

" Je ne connais qu'une alchimie qui donne de la beauté à l'âge, dit Clara, en remontant les escaliers: le sentiment !"

" Tu sais, quand on dit mort aux cons, il faut être prudent, il y a un vrai risque d'hécatombe !"

"- Si je peux me permettre, reprit Peter, quitte à m'exiler sur mon île déserte, il faut absolument que j'y aille seul.
- Ah oui, et pourquoi?
- Parce que si tu es obligé de m'y rejoindre, elle ne sera plus déserte !"

"- Peter: Je suis toujours votre témoin?
- Jonathan: Au train où vont les choses, c’est de mon divorce dont tu seras témoin.
- Peter: Si tu veux, je suis d’accord aussi, mais il faudra que tu te maries d’abord, il y a des chronologies à respecter."

"Si vous savez où vos clés ont disparu, elles n'ont plus disparu ! "

" - Tu boudes encore ? Cria Peter.
- J'ai passer la fin de mon week-end à te regarder dormir dans un avion et je suis probablement en instance de séparation à quatre semaines de mon mariage. Pourquoi est-ce que je bouderais ? Demanda t-il en ajustant le nœud de sa cravate.
- Tu mets toujours le pantalon en dernier ? Questionna Peter Goguenard.
- Ça te pose un problème ?
- Non, pas du tout, mais en cas d'incendie, moi, je me sens moins gêné de sortir dans le couloir sans ma cravate. 
Jonathan le tança du regard."